Le cahier des charges

Télécharger le cahier des charges

Des fermes totalement en bio : végétaux et animauxFermes totalement bio

Les fermes BioBreizh sont totalement en Agriculture Biologique (ou partiellement en Conversion vers l'AB, production Végétales et Animales). Les producteurs BIOBreizh considèrent en effet qu'il est plus cohérent et plus crédible vis à vis des consommateurs que l'ensemble de l'exploitation ait une activité 100% biologique. De cette manière, il ne peut avoir de mélange et de contamination possible au sein de la filière BioBreizh.

Vigilances vis-à-vis des biotechnologies (refus des CMS)

Des semences de Choux issues de technologies "nouvelles" sont apparues sur le marché : il s'agit de variétés dans lesquelles on a introduit de façon artificielle la Stérilité Mâle Cytoplasmique provenant d'une variété de radis, et qui rend les grains de pollen des Choux stériles (cette Stérilité Mâle Cytoplasmique est présente naturellement chez certaines espèces mais pas les Choux). Cette méthode de 'castration génétique' irréversible n'est pas considérée par les textes comme OGM mais les producteurs BIOBreizh estiment qu'elle n'est pas compatible avec l'éthique de la Bio : ils décident donc par principe de précaution de ne pas utiliser ces variétés.

Semence paysanneDéveloppement des semences fermières

Les souches sont sélectionnées et multipliées dans les fermes ; le producteur reproduit lui-même ses semences d’une année sur l’autre. Certaines sont d'ailleurs transmises depuis 3 générations. Elles sont appréciées pour leur résistance aux maladies et leur adaptation au terroir, au climat.
Dans l’assiette ces légumes apportent qualités gustatives et originalité par leur couleur ou leur forme.

Le cahier des charges BioBreizh apporte la définition suivante : La semence paysanne (graine, plant, tubercule, bulbe, rhizome…) est une souche population, non inscrite au catalogue ou du domaine public (libre de droits), qui est sélectionnée et multipliée par un producteur adhérent.
Les légumes issus de semences paysannes sont identifiés par un bandeau jaune sur les étiquettes BioBreizh.

accueiltomateRefus de la ferti-irrigation

En refusant la ferti-irrigation (incorporation de fertilisants/engrais dissous dans l'eau), les producteurs respectent le principe fondamentale de la bio : nourrir le sol pour nourrir la plante. De cette manière, nous développons la rusticité et donc le côté gustatifs des produits.

 

Serre froideRefus du chauffage

Les producteurs BIOBreizh s'engagent à limiter le chauffage des serres de légumes, qui ne peut être utilisé que pour la production de plants à repiquer (plantules) ou comme anti-gel l'hiver (5°C maximum). L'objectif recherché est d'éviter les productions de contre-saison (tomate en hiver par exemple) et de limiter les dépenses énergétiques liées au chauffage avec des énergies fossiles (lutte contre l'effet de serre).


Des plantations en pleine terre

Certaines cultures sous abris (Endives, Tomates) doivent - selon le cahier des charges BIOBREIZH - être cultivées en pleine terre, sur des terrains ayant subi une période de conversion à l'AB de 2 ans, et intégrés dans une rotation adéquate. Il s'agit là d'éviter des productions 'hors-sol' (légumes cultivés hors de la terre ferme).

Fumeir bio compostéUtilisation de composts et d'engrais sélectionnés

Les producteurs BIObreizh s'engagent à ne pas utiliser de matières organiques (fumiers ou lisiers) issues d'élevages industriels même après compostage. Au delà des résidus (antibiotiques, métaux lourds) qu'elles peuvent contenir, ils pensent en effet qu'utiliser ces matières c'est quelque part cautionner le mode d'élevage en batterie, qui est responsable de nombreuses pollutions en Bretagne (Nitrates dans l'eau, Algues vertes sur les plages...). D'autre part les fertilisants organiques achetés dans le commerce doivent être certifiés (garantis sans résidus de métaux lourds) et sans déchets d'abattoir (sang, os, viande).

Implantation de haies ou de talus

Les producteurs BIOBreizh s'engagent à isoler toutes les parcelles de leurs fermes qui pourraient être accidentellement polluées par des fermes voisines en agriculture conventionnelle (traitements chimiques). Ainsi ils s'engagent à implanter des haies ou des talus autour de ces champs dans un délai de 5 ans. Les haies et les talus sont en effet essentiels non seulement en tant que réservoir à auxiliaires (animaux ou insectes détruisant les ravageurs des cultures) mais aussi comme protection physique vis à vis des pollutions extérieures. Ils ont également un rôle considérable concernant l'eau : ruissellement canalisé et ralenti au niveau des parcelles (lutte contre l'érosion des sols et les inondations ), maintien des berges, des cours d'eau, etc... D'autre part les haies et les talus contribuent à reconstruire le paysage malmené par l'intensification de l'agriculture.

Limitation du cuivre

En Agriculture Biologique le Cuivre (Bouillie bordelaise) est autorisé en pulvérisation sur le feuillage pour lutter contre certains champignons attaquant les cultures (le mildiou entre autres ). Néanmoins les quantités ne sont pas limitées et le Cuivre pourrait à terme entraîner des pollutions des sols s'il est utilisé à trop forte dose. Les producteurs BIOBreizh s'engagent donc à limiter les doses de cuivre sur leurs cultures (pas plus de 5 Kg de Cuivre métal par Ha et par an), et utilisent donc de plus en plus des produits de substitution (à base d'algues et d'extraits de plantes) en complément du Cuivre utilisé à doses réduites.